AccueilFAQMembresGroupesRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Livre] Les engins de sièges

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
DuGuesclin



Messages : 377
Date d'inscription : 16/02/2008

MessageSujet: [Livre] Les engins de sièges   Jeu 13 Mar - 2:05

Le trébuchet:



Le trébuchet est une machine de guerre de type "à bascule".

Une verge de huit à douze mètres de long pivote sur un axe. D'un coté est installé un poid et de l'autre une poche en cuir. Le maniement était simple mais dangereux.

Au repos, le trébuchet etait en position vertical, le poid se trouvant au dessous. Les hommes devaient, à l'aide de cordes et de treuil, ramener le trébuchet en position horizontal afin de permettre aux chargeurs de placer dans la poche le projectile. Une fois fait, on faisait sauter la cheville de retenue du treuil et le poid, en redescendant, faisait basculer la verge vers l'avant et le projectile partait en direction de l'ennemi.

Ce type d'engin était aussi bien utilisé par les assiégeants que par les assiégés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DuGuesclin



Messages : 377
Date d'inscription : 16/02/2008

MessageSujet: Re: [Livre] Les engins de sièges   Jeu 13 Mar - 2:05

la baliste



Au contraire du trébuchet, la baliste est un engin dit "à ressort".

Dans le même principe que précédement, deux hommes utilisent un treuil auquel la verge est attaché par une corde. Une fois ramené en position horizontale, le chargeur place le projectile dans la cuillére et le tireur retire l'attache en fer libérant la verge. Celle-ci, attaché à deux ressorts fabriqué en bois et en nerf, est entrainée vers l'avant de l'engin et est bloquée en position verticale par une traverse.

Pour régler la portée du tire, il suffisait d'augmenter l'épaisseur de la traverse à l'aide de peaux ou de fourrures. Plus la verge se retrouvait verticale, plus le projectile allait loin.

Cet engin pouvait lui aussi être utilisé par les deux camps. A la différence du trèbuchet qui se trouvait dans une courtine et devait envoyer son boulet par dessus la muraille (exception faite si une plate-forme gigantesque existe en hauteur), la baliste prenait place sur une plate-forme au niveau du chemin de ronde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DuGuesclin



Messages : 377
Date d'inscription : 16/02/2008

MessageSujet: Re: [Livre] Les engins de sièges   Jeu 13 Mar - 2:07

Le bélier



Le bélier est un engin servant à enfoncer aussi bien les portes que les murailles de faible épaisseur.

Lors d'un siège, les béliers utilisés étaient rarement porter par les hommes à cause de leurs poids et dimensions. Parfois posés sur des chariots, ils étaient le plus souvent montés en balancier. Une charpente recouverte de peaux mouillées protégeait les hommes, manoeuvrant par un mouvement de va et vient une poutre de 10 mètres de long garnie d'une tête en fer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DuGuesclin



Messages : 377
Date d'inscription : 16/02/2008

MessageSujet: Re: [Livre] Les engins de sièges   Jeu 13 Mar - 2:07

L'arbaléte à tour



Cet engin, plus utilisé par les assiégé que par les assiégeants, se differenciait des trébuchets et autres catapultes par sa précision de tire. En effet, grâce à trois roues, l'arbaléte pouvait être pivoté de droite à gauche et son extrémité monté ou descendu à l'aide d'une crémaillre située à l'arrière. Un dard de plus de cinq mètres de long, lancé sur les assaillants, causait de gros dommages. Par ces caratéristiques, elle se raprochait beaucoup de l'artillerie.

Son chargement était très simple. A l'aide d'une crémaillère, on remontait la corde jusqu'à une détente où elle venait s'accrocher. Le chargeur plaçait le dard et le tireur, tirait franchement sur l'anneau situé au bout de l'arbre, ce qui libérait, grâce à une tige reliant la détente à cet anneau, la corde et projetait l'immence flèche.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DuGuesclin



Messages : 377
Date d'inscription : 16/02/2008

MessageSujet: Re: [Livre] Les engins de sièges   Jeu 13 Mar - 2:07

Le mangonneau



Bien que très ressemblant au trébuchet, le mangonneau était une machine bien plus complexe et précise. Tout d'abord, le système pour ramener la verge au niveau du sol était formé de deux roues dans lesquelles venaient prendre place des hommes. Ces roues, étaient reliées, à l'extrémité de la verge à l'aide de cordes, passant dans des poulies. Une fois la verge en place, le chargeur plaçait le projectile dans un panier, accroché par deux cordes, de cinq à six mètres, à l'extrémité de la verge.

De l'autre coté, une quinzaine d'homme exerçaient une pression sur les cordes les reliant au contre-poid. Dés que le tireur libérait la verge, le poid redescendait, entrainant la verge et le panier. Dés que la première corde de ce dernier prenait du mou, elle ce détachait et libérait le projectile. La distance de tire était réglée par cette quinzaine d'homme qui faisait pression sur le contre-poid. Plus la pression était forte, plus la verge remontait rapidement et plus le poid était libéré tardivement. Ainsi, plus le poid partait vite, plus il allait
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DuGuesclin



Messages : 377
Date d'inscription : 16/02/2008

MessageSujet: Re: [Livre] Les engins de sièges   Jeu 13 Mar - 2:07

Le beffroi



Le beffroi était une véritable tour. Cette tour de bois pouvait atteindre la même hauteur que celle des remparts, souvent près de 6 mètres. Cette arme de siège pouvait servir de moyen pour pénétrer par le haut des remparts et aussi de protection pour les tireurs des attaquants.
Son armature était fabriquée en bois, elle était le plus souvent protégée par des peaux de bêtes humidifiées. Elle pouvait être construite avec des murs en bois protégeant les assaillants des tirs latéraux en arrêtant beaucoup plus aisément les projectiles. Des archers et arbalétriers pouvaient ainsi se rapprocher efficacement des défenseurs. Montée sur des roues ou des patins de bois, les assaillants la poussaient jusqu'au pied des remparts, puis ils pouvaient grimper à l'échelle qui se trouvait dans la tour pour monter à l'assaut des remparts. Certaines possédaient à leur sommet une plate-forme sur laquelle pouvait prendre place une dizaine d'e combattants. Un pont-levis permettait de passer directement de cette plate-forme au rempart.
Le principal inconvénient de cette arme de siège était son poids et son instabilité. Elle ne pouvait être déplacée que très lentement et sur un terrain plat, et cela nécessitait un grand nombre d'hommes ou encore l'aide de chevaux. Le beffroi devait être construit près du lieu assiégé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DuGuesclin



Messages : 377
Date d'inscription : 16/02/2008

MessageSujet: Re: [Livre] Les engins de sièges   Jeu 13 Mar - 2:08

Le mantelet


Le mantelet était une arme de siège qui permettait aux archers de se rapprocher au maximum des fortifications protégées par les tirs des archers ou des arbalétriers défenseurs. Il était fabriqué avec des planches de bois assemblées et évidées puis rendue facilement mobile par deux roues.

Cette paroi, dite également bouclier, était percée aux trois quarts de sa hauteur d'une ouverture, permettant aux hommes de placer leurs armes en position de tir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DuGuesclin



Messages : 377
Date d'inscription : 16/02/2008

MessageSujet: Re: [Livre] Les engins de sièges   Jeu 13 Mar - 2:09

Le canon



Bombarde, canon, veuglaire, basilic, etc..., autant de noms que de types de bouches à feu.

Le canon de siège, lui était souvent le même. Lourd, peu maniable, court, de gros diamètre. Fixé le plus souvent dans un affût en bois, il se chargeait par la gueule. Une fois en place, il arrosait de ces lourds boulets de pierre puis de fer les murailles afin de les affaiblirs. Très souvent, on disposait des mantelets de bois devant les bouches à feu pour protéger les servants. Mantelets mobiles qui étaient déplacés juste lors du tire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Livre] Les engins de sièges   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Livre] Les engins de sièges
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Extrait du Livre de la Loi d'A. Crowley
» Quel est le livre qui vous a le plus marqué ?
» Le livre de Mireille Darc
» livre du Père François Brune
» "Sortir au jour" le livre des morts Egyptiens

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
saint romans les melles :: Le village :: Bibliothèque :: Ouvrages militaires-
Sauter vers: